29.04.2012 – Gori – Tbilisi

Comme j’ai pu verifer sur internet, je sors tres vite et facilement de la ville par la route que je voulais. C’est tellement agreable de rouler sur cette route, qui de plus, a part dans un village, est vraiment en bon etat. Je rencontre 3 cyclistes russes qui font le trajet entre Tbilisi et Batumi. On discute un quart d’heure. Dommage qu’on ne roule pas dans la meme direction. Rentrer dans Tbilisi se fait sans probleme. Bien que je retrouve le traffic de la veille, il est cette fois reparti sur 4 voie. Je galere un peu pour trouver un hotel, mais finalement j’en trouve un au square de la liberte, en plein centre ville ;-) Je vais rester ici le temps de faire mes visas pour l’Azerbaijan et le Kazakhstan.

As I could check on the internet, I go out very quickly and easily to the city by the road I wanted. It’s so pleasant to drive on this road, which , excepted in one village, is really in good condition. I meet 3 russian cyclist who are going from Tbilisi to Batumi. We chat about 15 min. What a pity that we don’t go in the same direction. Entering to Tbilisi is no problem. Although I find the traffic of the day before, this time it is shared on 4 lanes. I need time to find a hotel, but finally I found one at Liberty Square, in downtown ;-) I will stay in the city the time to make my visas for Azerbaijan and Kazakhstan.

28.04.2012 – Kortaneti – Gori

Je me reveille avec une gueule de bois pas possible… J’essaye de manger, je n’y arrive pas. Je me recouche et dors une heure de plus. Ca va mieux. Je mange et range peniblement mes affaires. Finalement je pars vers 10:00 – 10:30. En atteingnant Khashuri, le traffic s’intensifie. Il me faut faire environ 40 km sur cette route tres chargee avant d’atteindre Gori et des routes plus calme. En plus du traffic insupportable et dangeureux, un vent de face fort se leve… J’arrive finalement a Gori. Personne n’est foutu de me dire comment je peux sortir de la ville par la petite route que je cherche. Je ne veux pas non plus revivre l’experience d’hier soir avec du vin ou quoi que se soit. Je decide donc de rester la nuit a l’hotel a Gori, Avenue Staline.

I wake with a hangover… I try to eat, I can’t do it. I go back to bed and sleep for another hour. Feeling better. I eat and pack my things painfully. Finally I go between 10:00 and 10:30. As I reache Khashuri, the traffic is increasing. I must make about 40 km on this busy road before reaching Gori and quieter roads. In addition to the unbearable and dangerous traffic, a strong head wind rises… I finally arrive to Gori. Nobody is able to tell me how I can get out of the town by the small road that I want. I do not want to relive the experience of last night with wine or anything else. So I decide to stay the night at the hotel in Gori, Staline avenue.

27.04.2012 – Posof – Kortaneti

La journee commence par une montee severe. Le paysage devient plus alpin, plus vert. Les montagnes sont plus “pointues”. Le passage de frontiere se passe sans probleme.  Ca fait bizarre de retourner dans un pays chretien… Tout est different ici. Je passe la premiere ville et oublie de changer mon argent. J’ai de toute facon acheter de quoi manger en Turquie. J’arrive dans la valle du Mtkvari, tres verte, peu de traffic. Je retire mes premiers Lari et change mes Lira turques a Borjomi. Je cherche du pain pour le soir et mon petit dejeuner. Dans une boulangerie, comme le pain et deja rassi, le boulanger me le donne. En passant Kortaneti, je demande si je peux camper quelque part. Valery m’emmene dans la maison innocupee de sa femme. Je peux y rester pour la nuit. Pendant que je prepare a manger Valery revient avec du vin. C’est sur, j’ai quitte le monde islamique…

The day begins with a severe climb. The landscape becomes more alpine, greener. The mountains are more “pointed”. Crossing the border went without problem. It’s weird to go back in a Christian country… Everything is different here. I passed the first town and forget to change my money. Anyway I buy food in Turkey. I arrive in the valley of the river Mtkvari, very green, little traffic. I withdraw my first Lari and exchange my Turkish Lira in Borjomi. I am looking for bread for the evening and my breakfast. In a bakery, as already stale bread and the baker gives it me. Passing Kortaneti, I ask if I can camp somewhere. Valery takes me into the unoccupied house of his wife. I can stay for the night. As I prepare to eat Valery comes again with some wine. For sure, I left the Islamic world …

26.04.2012 – Çıldır – Posof

Ce matin c’est dur. Rien dans les jambes. Je n’ai peut etre pas assez mange ou alors c’est dans ma tete, parce que je dois faire un detour… Je roule donc peniblement jusqu’a midi. Je fais une longue pause et continue. Apres une heure je commence deja a me sentir mieux. Encore une fois je passe entre les averses avant de commencer l’ascention du col Ilgar daği. La montee jusqu’au col (2550 m) est finalement assez courte car j’ai commence de tres haut. Je descends par contre beaucoup plus bas. En arrivant a Posof, l’orage menace de nouveau. Je decide de m’arreter a l’hotel.

This morning is hard. Nothing in the legs. I maybe didn’t eat enough or it’s in my head, because I have to make a detour… It is going very hard until noon. I do a long pause and continue. After an hour I already start to feel better. Again I pass between showers before starting the ascention of th pass Ilgar daği. The climb to the pass (2550 m) is actually quite short since I started quite high. I descend much lower. Arriving in Posof, a storm is brewing again. I decide to stop at the hotel.

25.04.2012 – Balçeşme – Çıldır

Le matin, il fait froid. Je continue de monter jusqu’a 2340 m (mon plus haut col depuis le debut du voyage). Il y a un lac encore gele pas loin apres le col. La descente est geniale. Je prends la route en direction du lac de Çıldır. Je demande a un homme ou je peux acheter du pain. Il m’invite a manger. En repartant il y a des nuages noiiiiiirrrr qui viennent vers moi. Je me depeche de monter jusqu’au lac (de nouveau a 2000 m). J’entends le tonnerre… Finalement je ne recois que quelques gouttes… En arrivant a Çıldır une voiture ralenti et un homme demande si je veux boire un the. Ce sont des electriciens qui rentrent d’une intervention. Lorsque je leur demande ou je peux dormir en ville, ils me disent qu’il n’y a pas d’hotel mais que je peux dormir chez eux! Mauvaise nouvelle : je ne peux pas passer en Georgie a partir de Çıldır…. La frontiere est fermee a cet endroit. Je dois donc faire un detour de 100 a 200 km…

In the morning it’s cold. I continue to go up to 2340 m (my highest pass since the beginning of the trip). There is a frozen lake not far after the pass. The descent is great. I take the road towards the lake of Çıldır. I ask a man where I can buy bread. He invites me to eat. Starting again there are very black clouds coming towards me. I go up quite fast to the Lake (2000 m again) to avoid the rain in the ascention. I hear thunder… Finally I only get a few drops… Arriving in Çıldır a car slowed and a man asks if I want to drink a tea. They are electricians who return a intervention. When I ask them or I can sleep in town, they tell me that there is no hotel but I can sleep at there home! Bad news: I can not go to Georgia from Çıldır…. The border is closed there. So I have to make a detour of 100 to 200 km …

24.04.2012 – Paşalı – Balçeşme

Aujourd’hui ca monte touuuuuute la journee. Et pas du faux plat… Je fais un peu plus de 60 km. En arrivant a Balçeşme je demande comment la route continue et si il y a des villages. Il me repond que ca continue a monter et que le prochain village est dans 20 km. Je demande donc si je peux camper ici. Il me repond qu’il a une piece de libre chez lui et que je peux y passer la nuit car il fait froid la nuit (je suis de nouveau a environ 2000 m). J’ai bien appris le turque ;-)

Today it is going up aaaaaaaalllllllllll the day. And not only gently … I do a little more than 60 km. Arriving in Balçeşme I wonder how the road goes on and if there are villages. He has replied that it keeps going up and the next village is in about 20 km. I ask if I can camp here. He says that he has a room free at home and I can spend the night there because it’s cold at night (I’m back to about 2000 m). I learnt turkish well ;-)

23.04.2012 – Çamlıyamaç – Paşalı

Avant de partir je refais quelques photos du monastere puis redescend sur la route principale. Je dois affronter environ 10 chiens… Je change de vallee, cette fois ci en remontant. Il fait chaud. En arrivant vers Paşalı je demande dans un bar ou je peux camper. Des clients m’offrent une biere (la premiere depuis 3 semaines). Je peux camper dans le champs a cote du bar.

Before leaving I do some more pictures of the monastery and then go down to the main road. I have to face about 10 dogs… I change the valley, this time it is going up. The weather is hot. Arriving to Paşalı I ask in a bar where I can camp. Customers offer me a beer (the first for 3 weeks). I can camp in the fields next to the bar.

22.04.2012 – Erzurum – Çamlıyamaç

En quittant Erzurum je descends d’environ 100 m et remonte de 200 pour arriver au col de Güzelyayla. En court de descente le paysage change radicalement. Les montagnes changent de forme et de couleur. En arrivant plus bas le printemps revient. Il y a deux monasteres georgien sur ma route. Je vais visiter le premier, Haho, et rencontre des georgiens faisant un voyage en Turquie, sur le territoire qui etait georgien avant 1921. En continuant la descente de la vallee je rencontre Musa et Mümin qui travaille a la construction d’un camping et d’un restaurant. Musa est un specialiste du developpement touristique. Ils m’organisent une place pour camper a Çamlıyamaç, ou se trouve le monastere de Oshki, en telefonant au chef du village. J’arrive au village vers 18:30 ou je recontre des touristes francais.

Leaving Erzurum I go about 100 m down and 200 m up to the pass of Güzelyayla. Descending the landscape changes dramatically. The mountains change shape and color. Arriving lower, the spring come back. There are two Georgian monasteries on my way. I will first visit Haho and meet Georgian people making a trip to Turkey, on the territory that was Georgian before 192. Continuing the descent of the valley I meet Musa and Mümin who work at the construction of a campsite and a restaurant. Musa is a tourism development specialist. They organize me a place to camp Çamlıyamaç where is the monastery of Oshki phoning with the village chief. I arrive at the village around 18:30 where I meet French tourists.

21.04.2012 – Paşayurdu – Erzurum

Aujourd’hui petite journee. Je suis reveille par le soleil et j’ai une vue imprenable sur les montagnes en ouvrant la tente! Je fais environ 25 km jusqu’a Erzurum ou je trouve un hotel bon marche. Je profite de la journee pour laver mes habits, me reposer, visiter la ville, aller chez le coiffeur et mettre le blog a jour ;-) Demain je prends la dırection du nord, vers la Georgie.

Small day today. I am awakened by the sun and I have a great view over the mountains by opening the tent! I make about 25 km to Erzurum where I find a cheap hotel. I take the day to wash my clothes, rest, sightseeing, going to the hairdresser and put the blog up to date ;-) Tomorrow I’ll head north toward Georgia.

20.04.2012 – Bükümdere – Paşayurdu

Aujourd’hui est une journee pleine de rencontres! Quelques kilometres apres etre parti, je m’arrete pour acheter du pain. Le boulanger a travaille 30 ans en Allemagne. On discute et boit le the. Il m’offre le pain. A peine 20 kilometres plus loin, un policier sort du commissariat, traverse la route et m’arrete. Il me demande d’ou je viens. Je lui dis que je suis français. Il dit : ohlala… Sarkosy… en agitant la main et en faisant la grimace… Ses collegues lui disent de me faire rentrer dans la court. Ils font des blagues sur Sarkosy (moi aussi). Ils m’offrent un cafe. On dıscute de mon voyage. Ils m’emmenent ensuite manger avec eux :-) Je repars. Le prochain col a 2000 m est en vu. Dans la montee des routiers m’arrete pour boire le the avec eux, mais aussi a manger. Comme je n’arrive pas a leur expliquer que je viens de mange, je dois manger… Je campe dans un champ derrıere un village a environ 25 km d’Erzurum. J’y passerai la journee demain.

Today is a day full of meetings! A few kilometers after leaving, I stopp to buy bread.The baker worked 30 years in Germany. We discuss and drink tea. He offers me the bread. Just 20 km away, a policeman go out of the police station, crosses the road and stops me. He asks me where I am from. I tell him I’m French. He says: olala… Sarkozy… shaking his hand and making a face… His colleagues tell him to let me enter to the police staion court. They make jokes about Sarkozy (me too). They offer me a coffee. We discussed about my trip. They took me then with them to go eat :-) I’m leaving. The next pass at 2000 m is in view. Truckers stopp me to drink tea with them, but also to eat. As I can not explain that I had just eaten, I have to eat… I camped in a field behind a village about 25 km from Erzurum. I will spend the day tomorrow there.